Les deux pongistes du Pôle avec leurs homologues japonaises

Camille LUTZ et Prithika PAVADE, toutes deux membres du Pôle France Tennis de Table du CREPS de Nancy, ont participé à un stage de perfectionnement de trois semaines au Japon.

Ce stage avait été impulsé par leur structure d’appartenance, le Club St Denis US93 TT. Accompagnées par Nicolas GREINER, entraîneur au Pôle de Nancy, Camille LUTZ, Prithika PAVADE et Leïli MOSTAFAVI, toutes trois représentantes d’une nouvelle génération prometteuse, la « Génération 2024 » du tennis de table tricolore, ont séjourné durant une dizaine de jours à Tokyo et une semaine à Osaka.

De retour en France, elles ont fait part de leurs impressions.

Les Entraînements : 
Leurs entraînements, biquotidiens, étaient constitués par 7 h de pratique de la discipline par jour. L’occasion pour ces jeunes pongistes, au cours des diverses séances ponctuées de jeux et de nombreux échanges avec leurs homologues japonaises, de se perfectionner et d’améliorer les gestes et techniques de base. Les entraîneurs japonais n’intervenaient que peu lors des séances, la priorité étant axée sur l’autogestion et le choix des contenus ; les japonaises, possédant un meilleur self-control, plus puissantes physiquement, avec une excellente maîtrise des bases, une concentration à toute épreuve, une bonne gestion des entraînements et une bonne connaissance de leurs potentiels, n’éprouvent pas toujours la nécessité d’être dirigées. Le niveau de technicité des japonaises s’avérant très relevé, les jeunes pongistes tricolores ont dû s’adapter à leur emploi du temps et s’investir au maximum pour tenir le rythme et ainsi progresser, conscientes de la chance qu’elles avaient de bénéficier d’installations de qualité et de partenaires de très haut niveau.

Le séjour au Japon : 
Très impressionnées par le respect des règles des japonais et la discipline qu’ils s’imposent dans leur mode de vie au quotidien, elles se sont bien adaptées a ce mode de vie et à la nourriture locale, considérant leur séjour comme très enrichissant.

Les objectifs pour l’année 2019 et leur projection pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 :
Au palmarès déjà impressionnant vu son jeune âge, Prithika, récemment sacrée championne de France Juniors en simple et en double, ambitionne de nouvelles victoires et de nouveaux podiums pour les prochaines compétitions. Elle souhaiterait, en outre, obtenir le titre de championne d’Europe Cadettes, figurer sur les podiums des tournois et Open, et prendre part en fin d’année aux Mondiaux.

Camille, au talent prometteur également, avec de nombreuses victoires à son actif, ayant récemment décroché le titre de championne de France Juniors en double, a pour ambition d’aller le plus loin possible aux Europe Juniors. Pour la saison, elle souhaite prendre place sur les podiums lors des divers Open afin d’aborder sereinement les Mondiaux Juniors.

Bien que très jeunes encore, âgées de 16 et 14 ans, Camille et Prithika se projettent bien évidemment en direction des JO de Paris 2024 et ambitionnent de décrocher leurs sélections pour ces Jeux !

En guise de conclusion, deux mots en japonais : 
Prithika : Konishiwa (Bonjour),
Camille : Arigato (Merci).

Retour de Nicolas GREINER, après leur séjour au pays du Soleil Levant :

« Malgré le rythme des entraînements et le niveau de technicité très relevé des japonaises, elles ont réussi à tenir le rythme et se sont parfaitement adaptées. De plus, elles ont apprécié le sens de l’hospitalité, la politesse et la déférence de leurs homologues qui, à chaque entraînement, leur offrait d’excellentes conditions, mettant à disposition les meilleures infrastructures et équipements qui leur étaient habituellement réservés.
En immersion totale avec la vie locale, elles se sont également bien adaptées à la cuisine japonaise et malgré leurs emplois du temps très chargés, nous avons eu l’occasion de faire un peu de tourisme à Tokyo et l’opportunité de découvrir quelques richesses de la capitale.
Dans l’optique de la réussite de la triple excellence, Camille a bénéficié du suivi scolaire durant ce séjour de 3 semaines où elle recevait régulièrement les cours par Internet et Prithika suit tout au long de l’année scolaire des cours par correspondance. Nul doute qu’elles garderont toutes deux un très bon souvenir de leur séjour, conscientes de la chance qu’elles ont eu de pouvoir s’entraîner avec des  pongistes dont la nation figure parmi l’élite mondiale de la discipline ».

Un peu de tourisme en marge de l’entraînement !