Nommé récemment adjoint au Chef de Département du Sport de Haut niveau, Thierry LECERF va faire valoir l’expérience de ses précédentes fonctions et sa passion pour le haut niveau.

Pouvez-vous évoquer votre cursus et vos fonctions précédentes ?

Thierry LECERF : « Après l’obtention du baccalauréat, j’ai intégré le CREPS de NANCY en tant qu’athlète de haut-niveau au Pôle Athlétisme durant quatre ans, de 1986 à 1990. J’ai obtenu mon CAPEPS en 1990 et enseigné en établissement scolaire durant 5 ans. En 1995,  j’ai été nommé à la Direction Régionale de Nancy par le biais d’un détachement pour coordonner la mise en place les filières d’accès au haut-niveau, en partenariat avec le Rectorat de l’Académie de Nancy-Metz et j’ai commencé à intervenir au Pôle Athlétisme, De 2002 à 2007, j’ai exercé la fonction de CTS d’athlétisme avant de réintégrer la Direction Régionale avec comme missions principales le suivi des sportifs de Haut Niveau, la coordination des CTS et la mise en place des contrôles anti-dopage. Enfin, récemment, j’ai postulé pour prendre la fonction en tant qu’adjoint au Chef de Département au DSHN du CREPS. »

Dans quelles circonstances s’est effectué votre recrutement ?

T.L: « J’ai tout d’abord été interne au Pôle Athlétisme, entraîneur, puis responsable du Pôle. Par la suite, en tant que Professeur de Sport en Direction Régionale, j’ai exercé successivement les fonctions de Conseiller Technique Sportif (CTS) et de Conseiller d’Animation Sportif (CAS). Le troisième métier étant celui de formateur, intégrer le CREPS de NANCY me paraissait logique pour la poursuite de ma carrière. J’avais déjà postulé il y a deux ans et j’ai renouvelé ma demande en Octobre 2017, lors du mouvement complémentaire. Suite au Départ de Gilles TOPANDÉ pour reprendre son poste de responsable du Pôle France Tir à l’Arc et après un entretien préalable avec le Directeur de l’établissement Dominique NATO, c’est ma candidature qui a été retenue lors de la CAP des professeurs de Sports et  je suis entré en fonction au Département du Sport de Haut Niveau à compter du 1 er Janvier 2018 en tant qu’adjoint de Norbert BRIGE, Chef de ce Département. Les réformes successives mises en vigueur ont profondément modifié les missions en DRDJSCS, ce qui a favorisé également ma demande d’intégration au CREPS de NANCY ».

Comment s’est effectuée votre intégration au Département du Sport de Haut Niveau ?

T.L. : « Même si le CREPS a évolué et modernisé ses infrastructures, je connais depuis de nombreuses années les ressources de l’établissement et je pense pouvoir exercer mes fonctions en terrain connu. L’entente et la collaboration entre les collègues du Département, de même qu’avec l’équipe de surveillance étant excellente, connaissant Norbert BRIGE depuis plus de 30 ans, Simone KANY, assistante administrative, depuis une dizaine d’année, ayant noué d’excellentes relations professionnelles avec le nouveau CPE Sébastien GOLL, je n’ai eu par conséquent aucun problème d’intégration. »

Quelles missions allez-vous assurer au sein de l’équipe du Département ? Envisagez-vous une évolution de vos fonctions ?

T.L. : « Nous travaillons tous en étroite concertation et collaboration au sein du Département, nos fonctions étant complémentaires les unes des autres.

Mes fonctions vont s’articuler principalement autour de quatre principales missions :

J’ai repris les missions de Gilles TOPANDÉ, c’est-à-dire que je gère le suivi des athlètes post-bac, une vingtaine environ, Sébastien GOLL, le CPE, étant en charge de celui des collégiens et lycéens,

Je m’occupe, en liaison avec Norbert BRIGE, de la vie interne des athlètes des Pôles France et Espoirs, dans les périodes situées hors entraînement et en établissement scolaire. C’est un travail quotidien qui peut varier en fonction des nécessités du moment,

Depuis 2016, en collaboration avec le Service Médical, je suis responsable, par le biais de la réathlétisation, de la prise en charge et du suivi des athlètes des Pôles blessés. D’ailleurs, à ce titre, j’avais entrepris une formation à l’INSEP dans ce domaine. Mon rôle consiste à intervenir surtout entre la fin des soins et le début de la reprise de l’entrainement spécifique afin de permettre à l’athlète une reprise de son entrainement dans de bonnes conditions,

En partenariat avec le Département Formation, j’anime un module intitulé « Eveil athlétique », où j’interviens avec la formation BPJEPS Activités Physiques pour Tous. Ces interventions découlent d’une précédente convention de mise à disposition par la DRDJSCS –Antenne de Nancy- pour le CREPS.

Concernant d’éventuelles évolutions quant au fonctionnement du DSHN pour la rentrée prochaine, elles seront uniquement envisagées en collaboration avec les collègues du département et après validation par la Direction, en fonction des demandes, des évaluations et des bilans de l’année écoulée. Cependant, à compter du mois de mai, je devrais reprendre la coordination du DSHN et Norbert BRIGE devrait poursuivre ses missions en tant que professeur de sport au service du suivi de la vie de l’athlète. »

 En dehors de l’athlétisme, quelles autres disciplines pratiquez-vous et quels sont vos loisirs ?

T.L. : « Effectivement, j’ai pratiqué l’athlétisme en compétition pendant 10 ans et je poursuis sa pratique depuis 30 ans environ. J’ai décroché quatre médailles aux championnats de France dont un titre de champion de France (en sprint). En Équipe de France, j’ai été finaliste aux Mondiaux Juniors en relais 4 X 100 m. Mais suite à une blessure, j’ai préféré mettre un terme à ma carrière de sportif de haut niveau pour me consacrer à mes études étant donné que les athlètes de haut niveau ne bénéficiaient pas des mêmes conditions pour la poursuite des études universitaires qu’à l’heure actuelle. Je m’intéresse à toutes les disciplines sportives, mais je suis également un passionné d’histoire et j’apprécie le jardinage et le bricolage. »

Pour conclure, je dirai que ma discipline préférée en athlétisme, à pratiquer et à entraîner, est le relais 4 x 100 m, car je suis persuadé que la coordination des efforts est le meilleur gage d’efficacité, et je suis enchanté de retrouver cet état d’esprit au sein du CREPS en général et au DSHN en particulier. »