LA MINISTRE DES SPORTS Laura FLESSEL
DE PASSAGE A NANCY !

2024, C’EST DÉJÀ DEMAIN…

Article paru dans L’EST RÉPUBLICAIN du 21 Novembre 2017

Au cours d’une journée chargée Laura FLESSEL s’est notamment rendue au CREPS d’Essey-lès-Nancy pour parler de haute performance. Avec en toile de fond, les Jeux de Paris 2024. Où la France a placé la barre assez haut…

On n’accueille pas tous les jours une Ministre des Sports. C’est sans doute la raison pour laquelle Laura FLESSEL avait un programme assez copieux, ce lundi, pour son déplacement à Nancy. Jugez plutôt ! L’ancienne championne d’épée a d’abord mis le cap sur la Maison des Sports de Tomblaine, le matin. Puis elle s’est rendue au CREPS d’Essey-lès-Nancy, où elle a participé à une table ronde sur la filière sport de haut niveau et le modèle économique de l’ASNL et du SLUC. Avant d’aller signer avec le champion olympique d’aviron Pierre Houin une convention de service civique.

La double championne olympique a ensuite inauguré la salle de gym flambant neuve à l’Espace Jean-Jaurès de Tomblaine, avant de se rendre au Skate Park de Nancy, puis d’aller à la rencontre de l’équipe féminine de rugby de Nancy-Seichamps.

La visite ministérielle s’est terminée en toute fin d’après-midi à la mairie de Nancy, où avait lieu une cérémonie autour de la lutte contre les discriminations. Ouf !

Avec un tel menu, pas vraiment de temps à perdre. Mais au CREPS d’Essey où elle a passé une partie de l’après-midi, celle que l’on surnommait « la Guêpe » s’est tout de même attachée à échanger avec les différents intervenants, comme le jeune footballeur de l’ASNL Amine Bassi – accompagné de Patrick Gabriel, directeur du centre de formation -, le jeune basketteur du SLUC Enzo Goudou-Sinha – aux côtés de son président Philippe Durst – ou encore le jeune archer Lou Thirion, pensionnaire du Pôle France de tir à l’arc au CREPS et qui aspire à aller aux Jeux en 2020 ou 2024.

« Nous allons organiser les Jeux mais il faut les gagner ».

Des Jeux 2024 qui sont évidemment dans tous les esprits. Passée l’euphorie d’avoir obtenu l’organisation, la France veut faire de « ses » Jeux une franche réussite sportive. « Nous allons organiser les Jeux, mais il faut les gagner », a lâché la ministre, en rappelant l’objectif fixé : 80 médailles. Pour rappel, à Rio l’an dernier, la France était repartie avec 42 breloques.

Pour arriver à ce total, le ministère veut travailler sur la haute performance et donner notamment un peu plus de sérénité financière aux athlètes de haut niveau, en leur accordant une bourse d’excellence pour quatre ans au lieu d’un ou deux ans.

La réussite française passera aussi par les CREPS, qui contribuent à former les champions… Mais y aura-t-il des changements en vue de 2024 ? « Tous les acteurs liés à la performance vont être sollicités », glissait Laura FLESSEL. « On va avoir un retour des différentes fédérations et on va travailler avec tout le monde. »

Directeur d’un CREPS d’Essey-lès-Nancy qui compte cinq Pôles France (aviron, boxe, canoë-kayak, tennis de table et tir à l’arc) et quatre Pôles Espoirs (athlétisme, aviron, football et volley-ball), Dominique Nato sait que sa structure aura aussi un rôle à jouer dans cette grande aventure Paris-2024. « On est en réseau avec le Grand INSEP qui est le bateau amiral » précisait le dirigeant. « On veut aider le sport français à atteindre ces objectifs. On a un peu de temps, du savoir-faire et on fait partie des outils sur lesquels la France va s’appuyer. »

2024 est encore un peu loin. Mais dans un certain sens, c’est déjà demain. Et à Nancy ce lundi, la Ministre des Sports s’est chargée de le rappeler…

Anthony GUILLE
Crédits Photo : Est Républicain