Article paru dans L’EST RÉPUBLICAIN du 11 Mars 2018

Pendant deux semaines, le Collectif France a séjourné au CREPS de NANCY. Avec le projet de s’entraîner avec une équipe d’Inde… qui n’a pas obtenu ses visas.

C’est ce qui s’appelle maximiser l’occupation des locaux. Pendant les deux semaines qu’ont duré ces vacances scolaires, le CREPS de NANCY n’a pas désempli. Mais pas de centre aéré au programme, on a plutôt causé haut niveau.

Signe que Dominique Nato, le patron des lieux, conserve toujours de l’attachement pour le sport dont il a été directeur technique national, la boxe olympique a été à l’honneur. Sous la direction d’Anthony Veniant assisté par Fabricio Leclercq et Anthony Bret, l’Équipe de France féminine a donc posé ses valises dans la structure ascéenne jusqu’à ce week-end.

Championnat d’Europe dans le viseur

Élargi après les finales du championnat de France qui se sont déroulées le 24 février à Saint-Quentin, ce groupe est monté jusqu’à 24 combattantes, dont la Naborienne Jessie Soulier qui s’est hissée en demi-finale nationale des -48 kg. Son équipière Flora Pili manquait, elle, à l’appel après s’être blessée durant ces joutes en quart des -60kg.

Avec ce sang neuf, l’objectif est double : renouveler les cadres à moyen terme et, dans l’immédiat, créer une émulation au sein du collectif. Avec, dans le viseur, les championnats d’Europe -22 ans à la fin du mois en Roumanie pour trois d’entre elles.

Et encore, il y aurait dû y avoir encore plus de monde dans la salle Alexis-Vastine, puisque l’équipe d’Inde était attendue pour croiser les gants durant cette quinzaine avec les Bleues. Une rencontre qui n’a toutefois pas pu avoir lieu pour des questions de visas.

Cette semaine, les jeunettes ont regagné leur foyer et seules les taulières du groupe Élite sont restées. Histoire de travailler le cardio et de s’affûter plus posément. Comme une étape sur la longue route qui va mener cette petite troupe aux championnats d’Europe en mai. Avec, dès la semaine prochaine, un nouveau stage à Saint-Raphaël où ces jeunes femmes vont défier leurs homologues transalpines. Ce qui, cette fois, ne devrait pas poser de souci administratif.

 

Plus d’Infos sur : www.estrepublicain.fr

Et sur Appli Mobile